Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Texte libre

 

 

Recherche

Archives

21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 10:21
Maurice DENIS
 












Il réside une grande partie de sa vie à Saint Germain en Laye dans des locaux appartenant à la paroisse.
 Il y construit un atelier en 1912  et en devient propriétaire. Il nomme ce bâtiment le Prieuré.

 

 

Sa femme meurt le 22 août 1919, après de nombreuses années de maladie. Il se consacre alors à la décoration de  son prieuré, fresques murales, vitraux, mobilier, le tout sur le thème de Sainte Marthe (Prénom de sa femme qu’il vénère En observant ses tableaux on retrouve le visage de sa femme dans de nombreux tableaux).


Il interprète en peinture les poèmes de Verlaine Sagesse – 1889 et de Mallarmé

 

 

 









Il fonde en 1919 les Ateliers d'Arts Sacrés.

 

 

 

Il décore plusieurs églises dont celle de Saint-Louis à Vincennes et celle de Notre-Dame au Raincy.

 Sa reconnaissance atteint son apogée à la fin de la première guerre mondiale.
 

 En 1925  Il participe avec les Ateliers d'Art Sacré, à la célèbre exposition des Arts Décoratifs de Paris.

En 1926 il Commence la décoration de l'église Saint Nicaise de Reims.

 

 

Catholique, membre du Tiers ordre franciscain, il peint des thèmes religieux empreints de tendresse.

  Il est élu membre de l'Académie des Beaux-Arts en 1932.

 Maurice Denis meurt accidentellement le 13 novembre 1943 à Paris.  

 

 

Ouvrages :


Théorie du Symbolisme et de Gauguin vers un nouvel ordre classique" (1912)
Nouvelles théories sur l'Art Moderne, sur l'Art Religieux" (1939).
Ouvrage illustré : "L'Annonce faite à Marie", de Claudel, commencé en 1926 est édité en 1943.

 

CITATIONS :

Se rappeler qu'un tableau, avant d'être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées.

 Je sais que l'art n'a de valeur que si il est l'expression du génie individuel.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 04:46
Kandinsky
Peintre russe théoricien de l’art

Un des artistes les plus importants de l’époque

fondateur de l'art abstrait

 

A partir de 1922 il enseigna au BAUHAUS (école d’architecture et d’art novateur qui avait pour objectif de fusionner les arts plastiques et les arts appliqués)

Les éléments géométriques prirent une grande importance en particulier le cercle, le demi-cercle, l’angle et les lignes droites ou courbes.

 

Il émigra en France mais  se trouva relativement isolé, l’art abstrait, à cette époque, n’y est guère reconnu 

 

 

 

1925

Jaune – rouge – bleu

 

 

 

 

 

 

 


1936 et 1939

 

 

 

 

Composition IX

Composition X

 

 

 
 
 
 
 
 
Citations

 

« Est beau ce qui procède d'une nécessité intérieure de l'âme. Est beau ce qui est beau intérieurement. »

 

« Le monde est rempli de résonances. Il constitue un cosmos d’êtres exerçant une action spirituelle. La matière morte est un esprit vivant. »


 


 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 20:27

MIRO 

 


Peintre, sculpteur et céramiste espagnol

 

En 1920  MIRO participe au mouvement DADA.

 

Sous l’influence des poètes et écrivains surréalistes il développe dès 1924  son style.

 








En 1925 son exposition sera un évènement majeur parmi les surréalistes.

 

 











En 1926 il collabore avec MAX ERNST sur des décors pour SERGE DE DIAGHILEV.

 


 La technique du « grattage » est alors expérimentée.

 

 










Il se lie d’amitié avec PABLO PICASSO , TZARA et  KANDINSKY.


 

 








ANDRE BRETON, décrit Miró comme « le plus surréaliste d’entre nous ».

MIRO  exprime son mépris pour la peinture conventionnelle en faveur de nouveaux moyens d’expression.


 

 Citations

«Ce qui compte, ce n'est pas une oeuvre, c'est la trajectoire de l'esprit durant la totalité de la vie.»

«Ce qui est important, ce n'est pas de finir une oeuvre, mais d'entrevoir qu'elle permettre un jour de commencer quelque chose.»
Partager cet article
Repost0
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 18:36

            MAGRITTE

 

 

 

 

 






En 1923 il découvre l'oeuvre de Chirico

 

 

 






En 1927, MAGRITTE s'installe au Perreux-sur-Marne jusqu’en 1930

Il rencontre André BRETON et Salvador  DALI, Paul ELUARD, MIRO

 

Il n’adhère pas vraiment aux idées des surréalistes.


 

 


Il collabore à la revue MINOTAURE et participe à de nombreuses expositions. Il occupera une place à part dans le surréalisme.

 


 










La peinture de Magritte s'interroge sur sa propre nature. La peinture n'est jamais une représentation d'un objet réel, mais la pensée du peintre sur cet objet. Saisir l'insolite, l'absurde ou l'étrange 

 

 

 


 






CITATIONS


 

« Rien n'est confus, sauf  l'esprit. »

 




« Le mot Dieu n'a pas de sens pour moi, mais je le restitue au mystère, pas au néant.»

 



«Il faut créer ce que l’on cherche"


 


 

Partager cet article
Repost0
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 18:20

ALPHONSE  MUCHA


 


Peintre, affichiste, sculpteur, illustrateur, créateur de bijoux, photographe, vitraux...... réputés durant la période  «ART NOUVEAU» il possède une maîtrise parfaite pour la décoration. Il se lie d’amitié avec GAUGUIN

 






ALPHONSE MUCHA a travaillé à Paris puis à Prague où il meurt en 1939.

 
 

LA PUBLICITE

Affiches pour Sarah Bernhardt qui interprète

La Dame aux Camélias et  La Samaritaine


 


 


 


 


Nombreuses publicités pour des produits alimentaires et des papiers pour les cigarettes.

 

.








Il obtient la  Médaille d'argent à l'exposition Universelle pour la décoration du Pavillon de la Bosnie-Herzégovine.



 
Créations de bijoux pour CHARLES FOUQUET, vitraux, sculpture.

 

 Il travaille pour divers  journaux comme le Petit français illustré.


 

 

 

 

 

 


Son œuvre est la réalisation de vingt  peintures monumentales retraçant l’épopée slave.

 

 



De 1924 à 1936 Il s'installe à Prague et  participe au renouveau culturel de sa nation. Il dessine des billets de banque et autres documents officiels. Il réalise pour  l’Exposition à Paris des vitraux pour le pavillon du  Jeu de Paume consacré à Mucha et Kupka.

Arrêté par la Gestapo lors de l’annexion de la TCHECOSLOVAQUIE il sera libéré en raison de son été de santé il  meurt à Prague le jour de son anniversaire en 1939.

Partager cet article
Repost0
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 20:07
Partager cet article
Repost0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 20:52

FRANCIS PICABIA

 







La photographie ne peut remplacer la peinture : 
«Tu peux photographier un paysage, mais pas les idées que j'ai dans la tête»

 

En  1920 à Paris c’est le mouvement DADA,  à sa tête, Tristan Tzara, André Breton et Picabia.

 Avec La richesse de la poésie du  dadaïsme, PICABIA  contribue avec ses livres, «Unique eunuque »,  «Jésus Christ Rastaquouère». «Double monde», «La Sainte Vierge », « Portrait de Cézanne » a provoqué de  nombreux scandales.

Il se sépare de Tzara et Breton, en 1921

 

Il expose au Salon des Indépendants de 1921 : L’œil cacodylate










Au Salon d’Automne, Le double monde et les yeux chauds, avec une annotation «L’oignon fait la force»

 

1923  Picabia expose des œuvres inspirées par la recherche sur l’optique : Volucelle, Volumètre et Optophone.

 

Paul Eluard dira  « la plus mauvaise place du Salon a été comme d’habitude réservée à Francis Picabia. Volucelle participe de sa dernière manière si originale et puissante. C’est un plaisir d'apercevoir du bas de l'escalier ce grand tableau lumineux, léger et mobile»

 

Rival du surréalisme, PICABIA  créera un ballet «Relâche»  sur une musique d’Erik SATIE

 








«Ma peinture est de plus en plus l'image de ma vie et de la vie mais une vie qui ne veut et ne peut regarder le monde dans ce qu'il a de cupide et de monstrueux

Tout ce qui a été moral en art est mort,

heureusement ! C’est le seul service que le cataclysme qui nous entoure a rendu»

 

Quelques autres tableaux

 

 

 

 

 

 

 

 






QUELQUES ECRITS INOUBLIABLES :

 

« Tous les travaux des hommes font partie de la grande tradition — ou de la petite, comme vous voudrez — il n'y a pas d'œuvre qui ne fasse partie de la tradition, même celles des copistes du Louvre, imitant le mieux possible les tableaux des maîtres, comme Chardin imitait, le mieux possible, un œuf à la coque ou un moulin à café.

Vous feriez mieux Messieurs, de peindre en bleu et rouge les falaises de Dieppe, vraiment la nature n'est plus assez moderne!

Pour qu'on ne se méprenne pas sur ce livre je termine par ce petit poème :

DADA est insaisissable

Comme l'imperfection.

Il n'y a pas de jolies femmes,

Pas plus qu'il n'y a de vérités.»

LES MORSURES D'ESCARGOTS

 

 

« Midi dans la nue, pareil à un parchemin, armé d'un seul espoir, les souvenirs transformés.

 Un seul espoir plus vaste que deux bouches l'une contre l'autre; vous devinez ma pensée, il faut trouver son chemin et les chemins ne mènent nulle part !

Vous regardez la vie avec un pinceau et il vous faudrait un masque à gaz asphyxiants, mais voilà il n'y a que l'argent qui ait du génie ; il faut choisir, vivre avec le génie ou avec le temps opportun.

Je suis un voyageur immobile, les pays passent devant moi avec leurs énigmes mobiles.

Je fuis le bonheur pour qu'il ne se sauve pas

 LE SATYRE A QUEUE  DE RAT




 

GAINSBOURG  avait pour PICABIA le poète peintre une véritable passion. Son livre préféré était « Jésus-Christ Rastaquouère »

 


A l’émission d’ARDISSON : lunettes noires et nuits blanches :

Gainsbarre : « Dis donc Gainsbourg, tu crois pas qu'il serait temps pour toi de rejoindre Rimbaud en Abyssinie ?

 

Gainsbourg : « Ouais, pour moi c'est le plus grand avec Picabia. Parce que celui n'a pas lu Jésus-Christ Rastaquouère, c'est vraiment le dernier des cons.

Il y en a beaucoup, il n'a tiré qu'à 1.060 exemplaires »
 

 Gainsbourg, en fera une chanson

 « Fuir le bonheur de peur qu’il ne se sauve »

http://www.youtube.com/watch?v=e4m-T3fs3vE

Partager cet article
Repost0
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 20:11
Partager cet article
Repost0
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 05:37

TAMARA DE LEMPICKA

« Je veux qu'au milieu de cent autres, on remarque une de mes œuvres au premier coup d'œil ».

A l'Académie de la Grande Chaumière, à Montparnasse, elle travaille avec  Maurice Denis et d'André Lhote. Tamara a un style personnel, décoratif, et sculptural. En 1922, au salon d'Automne, elle présente un portrait, son succès ne tarde pas.

Elle cotoye André Gide,  Paul Poiret  ou encore Georges Braque.



Elle fréquente les cabarets parisiens où elle joue le rôle d'une femme fatale mais elle a une double personnalité et une double vie. Elle y réalise les portraits de toutes ces femmes de la haute société qui marquent leur époque


Lorsqu’elle peint "Saint-Moritz", le traitement qu'elle utilise relève de l'art de l'affiche. Elle s'affirme alors comme l'icône de l'Art Déco.

 

Témoin d'une époque où la femme est mise en valeur, Tamara de Lempicka est à l'image de cette tendance.

 


Elle se remarie, en 1933, avec le baron Raoul Kuffner . Ce changement social lui fera perdre de vue le monde artistique. Fuyant la guerre, elle s'installe aux États-Unis.

Son œuvre tombe dans l’oubli jusqu'à ce que la mode Art déco, fasse ressurgir son nom.

«Je vis en marge de la société et les règles de la société normale n'ont pas cours parmi les marginaux»

«Mon but : ne pas copier. Créer un nouveau style, des couleurs lumineuses et brillantes, retrouver l'élégance dans mes modèles»

«Il n'y a pas de miracles, il n'y a que ce que l'on fait»

 


 


Partager cet article
Repost0
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 19:14
Partager cet article
Repost0